Adding this item will move the items currently in your basket to your wishlist

New Designers 2022 : rencontre avec Bruno Schooling

Diplômé de la Manchester School of Art et nouveau lauréat du prix The Conran Shop New Designers Bruno Schooling revient sur sa collection primée « Ground » et nous parle de ses inspirations et de ses projets à venir.

 

1. Encore toutes nos félicitations pour votre prix ! Comment vous sentez-vous et que signifie cette récompense pour votre avenir et votre métier ?

Je suis honoré de recevoir un prix décerné par une entité et une entreprise de design aussi prestigieuse que The Conran Shop, et particulièrement fier d'avoir été sélectionné parmi toutes ces créations toutes plus incroyables les unes que les autres.

En ce qui concerne mon futur, ce prix me permettra de continuer à développer mes projets, pour rendre la narration et les objets finaux plus accessibles, tout en créant, je l'espère, un réseau plus large de collaborations entre fabricants, agriculteurs et chefs.

2. Pouvez-vous nous en dire davantage sur vous et votre création ?

Je suis un artiste pluridisciplinaire avec une approche curieuse, axée sur le processus des matériaux et leur fabrication. Mon projet « Ground» repose sur une collaboration continue avec Keepers Cottage Organics, une ferme locale qui m'a permis de m'approvisionner en os d'animaux biologiques élevés en plein air ainsi qu'en argile sauvage issue de leur terre d'élevage. À l'aide de ces matériaux et de sous-produits locaux, j'ai reconceptualisé la recette datant du 18ᵉ siècle de la porcelaine d'os afin de créer une série d'objets en céramique narratifs qui caractérisent l'histoire de l'os et de l'argile.

Mon travail espère sensibiliser un public plus large à l'importance d'une approche circulaire du travail, non seulement à travers la céramique, mais aussi à travers la cuisine et les méthodes d'agriculture biologique.

3. En ce qui concerne votre travail, quelles sont vos inspirations ? Suivez-vous un procédé particulier pour le mettre en œuvre ?

Non seulement collaborer est essentiel à mon métier, mais c'est aussi une source d'inspiration permanente pour mon travail, depuis mon intérêt permanent pour la relation entre l'environnement, le créateur et le matériau, jusqu'à la collaboration de différents métiers et pratiques.

L'origine des matériaux constitue également une autre source d'inspiration fondamentale. En collectant et en traitant tous mes propres matériaux, la forme, la texture ou la couleur finales feront intrinsèquement référence à leur provenance. Comme je travaille avec des matériaux non raffinés, l'argile contient des pierres, des grumeaux et d'autres impuretés naturelles. Techniquement, ces composants sont inutiles et gênants ; cependant, travailler avec m'inspire et me procure même une satisfaction bien plus grande, tant au niveau du processus que du résultat.

En outre, tout ce qui crée un dialogue entre les aliments, les objets et un lieu spécifique, comme les projets « COMMON GROUND » d'Adam Silverman, « Polderlunch » d'Atelier NL et « CLIMAVORE » de Cooking Sections. Ce sont des sources d'inspiration considérables pour mon métier et ma réflexion en tant que créateur.

4. Connaissiez-vous The Conran Shop et l'héritage de Sir Terence Conran ? Si oui, cela a-t-il eu une influence sur votre travail ?

Sir Terence Conran a exercé une influence permanente et essentielle sur ma pratique et ma réflexion. Après avoir grandi autour de ses créations bien pensées et suivi sa philosophie pendant mes études, j'ai le sentiment que son héritage perdure et qu'il sensibilise la nouvelle vague de designers, comme moi, à l'importance d'objets à la fois accessibles et esthétiques.

5. Quelle importance accordez-vous à un événement comme New Designers pour les artistes émergents ?

New Designers est une chance incroyable pour les designers diplômés, non seulement de présenter leur travail, mais aussi d'entrer en contact avec d'autres créateurs émergents du Royaume-Uni. Outre les récompenses et les opportunités fantastiques, l'espace et la visibilité que le concours offre également aux jeunes diplômés est considérable.

Ce concours peut aussi inspirer la prochaine génération de nouveaux designers. Des centaines d'écoliers sont venus sur le salon tout au long de la semaine, et selon moi, cela peut être crucial pour l'avenir du design.

6. En regardant autour de vous, avez-vous constaté des tendances émergentes, des préoccupations communes ou des matériaux communs avec vos homologues ?

Avec New Designers, j'ai eu le sentiment qu'il y avait une compréhension profonde de la façon dont le design et l'artisanat peuvent créer des pratiques durables. Les exposants, toutes disciplines confondues, ont tous utilisé pour la plupart des sous-produits, des objets trouvés ou des matériaux innovants.

Bien que ce ne soit pas un nouveau thème, je pense qu'il était inspirant de voir que la durabilité constituait le pilier de chaque projet. Beaucoup de créations témoignaient d'une narration qui faisait référence à la valeur des matériaux ou à une approche circulaire de la conception, tout en étant de beaux objets en soi.

7. Selon vous, quels sont les plus grands défis auxquels sont confrontés les designers émergents ?

D'après moi, l'un des plus grands défis auxquels sont confrontés les designers est de justifier ce qu'ils font et pourquoi ils le font ; bien que cela puisse limiter les résultats d'un projet, je crois que c'est un état d'esprit crucial pour les designers émergents pour s'assurer qu'il n'y ait pas un flux sans fin de produits inutiles.

Un autre défi pour les designers du monde entier est de trouver une spécialité dans le vaste domaine qu'est le design. Grâce à des réseaux sociaux comme Instagram, le travail des designers est devenu plus accessible, et bien que cela puisse être une source d'inspiration considérable, je crois que cela peut aussi être décourageant pour les nouveaux designers, car ils peuvent avoir cette impression qu'une idée a déjà été réalisée de multiples façons différentes. Cependant, cela peut aussi inciter les créateurs à repousser les limites des processus et des matériaux.

8. Quelles sont vos ambitions pour les cinq prochaines années ?

Au cours des prochaines années, j'aimerais développer mon projet « Ground » dans différentes fermes à travers le monde, en étudiant de quelle façon les différents paysages peuvent affecter la forme finale et la narration de chaque objet, tout en faisant référence aux pratiques artisanales traditionnelles et spécifiques à un lieu.

9. Qu'est-ce qui rend, selon vous, un design intemporel ?

Question difficile... À mon avis, un design intemporel est un design à la fois fonctionnel et personnalisable. Un objet ou un design peut être intemporel pour l'un et sans valeur pour l'autre. Pour moi, c'est l'un des grands secrets du design. Peu importe sa conception, le lien ou l'histoire entre le créateur, l'objet et l'utilisateur est, selon moi, ce qui peut rendre un objet intemporel.

10. Enfin, quelle est votre pièce de design préférée et qui est votre designer fétiche ?

Sans aucun doute, Enzo Mari et ses croquis constructifs d’une série de meubles facilement réalisables par tout un chacun, présentés dans le livre Autoprogettazione de 1974. Son travail fournit une base à toute personne ayant un marteau, quelques clous et des planches en bois, lui permettant non seulement de fabriquer des meubles, mais aussi de personnaliser et d'adapter chaque modèle.

Il m'est difficile de choisir le designer que j'aime le plus. Je m'inspire et suis constamment impressionné par tant de créateurs extraordinaires, mais celui qui m'a constamment inspiré au cours de ces cinq dernières années est Max Lamb, un designer de mobiliter britannique qui remet sans cesse en question les matériaux et des procédés largement utilisés.

Découvrez-en davantage à propos de New Designers et de la première et deuxième semaine de ce concours trépidant, non sans oublier de suivre l'actualité de Bruno sur son compte Instagram.