Un lit a rouleaux et L’Ile d’Yeu

A la rencontre de François Verdeau qui a rejoint l’équipe Meuble du Conran Shop Paris en juin dernier. Vouant une véritable passion aux objets utiles, François revient de Stockholm, où il a achevé sa formation de designer produit.

 

• Comment décririez-vous votre intérieur ?
J’habite depuis 3 ans dans un appartement parisien situé sur la rive gauche, très lumineux. Mon intérieur est épuré et à dominance de blancs mats, composé de meubles chinés des années 60 et d’origine scandinave. Je voudrais pouvoir arrêter le temps sans pour autant me laisser distancer par lui et j’aime l’idée de concevoir mon chez-moi à cette image avec en plus un « je ne sais quoi » de désuet.

• Préférez-vous les vacances à la mer ou à la ville ?
J'ai grandi tout près de la mer avec l'idée qu'elle n'était jamais loin dans mon sillage. Pourtant je suis un citadin qui à besoin de l'agitation de Paris et de son côté trépident. Il n'y a que l’Ile d’Yeu et ses paysages tourmentés, qui sache m'y arracher ; un lieu hors du temps propice à l'introspection qui me ressource face à mon travail de designer et où j'ai mes habitudes d'initié.

• Quel est votre bien le plus précieux ?
Un vieux lit à rouleaux du XIXe siècle que j'ai passé un été entier à retaper quand j'étais étudiant.
Il pourrissait dans un vide grenier et le brocanteur me l'a cédé pour 5 euros en me faisant grâce
du sommier en parfait état. Vous le verriez maintenant!

• Quel est le dernier livre que vous ayez lu ?
« CosmoZ » de Claro est mon dernier très grand coup de cœur littéraire. Un roman Americain écrit par
un Français, où plutôt « le Magicien d’Oz » de F. Baum réécrit en le transposant à des événements réels, ou l'histoire comme un conte à trous noirs. Le ton est cynique et la plume incisive, l’univers un brin surréaliste, dans un monde manichéen. Bref, un condensé de tout ce que j’aime en littérature.

• Quel est votre restaurant préféré ?
Je suis un inconditionnel du restaurant H.A.N.D Have a nice day, situé juste en face du Palais Royal.
Une vrai adresse Yankee dans un décor "Old School," parsemé de crosses de hockey et de trophées sportifs. Je suis fan de la junk food à la sauce bobo et surtout de leur burger *** (prononcez trois étoiles) avec du foie gras qui est à tomber… Bon vivant moi, vous croyez?

• Quelle est la dernière exposition que vous avez vue ?
« Mise en œuvre », l'exposition vernissage du nouvel espace dédié à la création contemporaine en céramique, à la Manufacture nationale de Sèvres. Un dialogue qui confronte les savoir-faire traditionnels relatifs au travail de la céramique et les problématiques de la conception industrielle.

• Si l’argent n’était pas un frein, quels objets vendus au Conran Shop achèteriez-vous ?
Un Lounge Chair et Ottoman pour me détendre après une dure journée au magasin ! Ou plus sérieusement parce que j’aime l'approche rationaliste, mais aussi un peu frondeuse par rapport
au mobilier classique de l'époque que revendiquent Charles et Ray Eames dans leur travail.

Ou alors le percolateur Francis Francis avec son côté tableau de bord de voiture Italienne, pour un café serré comme je les aime. Et puisque virtuellement on peut tout se permettre, pourquoi pas les Suspensions Beat Light chez Tom Dixon, parce que leur finition laiton martelé réveille en moi l'exotisme d'un artisan indien enfermé dans un écrin de peinture noire presque post industriel, comme un objet précieux des mille et une nuits.

• Quel est votre designer préféré?
Je suis un admirateur émerveillé de Piero Fornasetti pour son œuvre multiforme, embrassant aussi bien l'art graphique, la porcelaine et le mobilier. Tout un répertoire de formes et de motifs à la fois baroques
et décalés.

Face à une tendance devenue trop impersonnelle à force d'être fonctionnelle, des objets comme autant de madeleines de Proust qui nous renvoient à plus qu'une simple fonction d'usage.

Et pourquoi pas donc une commode au décor de villa palladienne, à la finition impeccable, véritable petit bijou d’esthétisme où le monument devient commode et la commode devient monument. Ainsi Barnaba Fornassetti nous dirait à propos de son père: "Qu'y a-t-il de plus actuel, dans un monde toujours plus
gris et uniforme, que d'offrir au quotidien des images suggestives, un panorama, un jardin, une œuvre d'art ?"

Inscrivez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter

Découvrez en avant-première nos nouveautés, notre actualité et nos événements.